Segment antérieur

Le segment antérieur est la partie de l’oeil située en avant du cristallin. La chirurgie du segment antérieur, en dehors de la cataracte et du glaucome, est principalement représentée par le ptérygion et les greffes de cornée.

 

1/ Chirurgie du ptérygion:

 

Le ptérygion est une excroissance conjonctivale qui envahit la cornée. Principalement lié à l’exposition solaire, on le retrouve beaucoup dans nos régions ensoleillées ainsi qu’autour de la Méditerranée.

S’il est petit et non évolutif, la surveillance est le plus souvent la règle. Par contre, s’il grossit, envahit l’axe visuel ou devient génant (larmoiement, rougeur oculaire…) il vaut mieux le retirer chirurgicalement.

L’intervention est pratiquée en ambulatoire ; vous pouvez ainsi rentrer chez vous le soir de l’intervention. L’anesthésie est limitée à quelques gouttes , il n’y a aucune piqure. La chirugie dure 20 minutes environ et consiste à retirer l’excroissance et à effectuer une greffe de conjonctive pour combler le déficit et éviter une récidive.

 ptérygion 1.jpgptérygion 2.jpgptérygion 3.jpg

         Aspect préopératoire               le lendemain de l’intervention                   A 15 jours

 

L’intervention est le plus souvent parfaitement indolore. Les jours suivants sont, par contre, marqués par une irritation nécessitant un arrêt de travail de quelques jours. La principale complication est la récidive ; c’est la raison pour laquelle il vaut mieux ne pas trop attendre avant de se décider.

 

2/ Greffe de cornée:

 

La cornée est comme un hublot transparent en avant de l’oeil, permettant à la lumière de pénétrer dans l’oeil. Toutes les pathologies pouvant altérer sa transparence sont responsables d’une baisse de la vision, voire de douleurs parfois insupportables.

    a) Kératoplastie transfixiante :

Si la cornée a perdu sa transparence sur toute son épaisseur ou présente une déformation majeure (kératocône), seule une greffe totale (kératoplastie transfixiante) permet de récupérer de la vision.

Il s’agit d’une intervention nécessitant une anesthésie générale d’une heure environ, suivie de quelques jours d’hospitalisation.

La récupération visuelle est longue et nécessite un suivi rapproché pendant au moins un an.

Les points de suture seront retirés progressivement à la consultation.

    b) Kératoplastie lamellaire :

Si la cornée est encore relativement transparente mais qu’elle manque de cellules endothéliales, on peut effectuer une greffe lamellaire, aussi appelée DSAEK (Descemet stripping and Automated endothelial keratoplasty).

Le cellules endothéliales forment une couche fine à la partie postérieure de la cornée. Elles sont précieuses car responsables du maintien de la transparence cornenne. Mais elles sont fragiles car ne se renouvellent pas.

Il est donc possible de ne changer que la partie postérieure de la cornée si elle est la seule malade.

Ce type de greffe est à privilégier si cela est possible car les suites post-opératoires sont généralement plus simples. La vision remonte en quelques semaines, les douleurs sont limitées. L’oeil est moins fragilisé et la correction en lunettes est possible rapidement.

Nous effectuons maintenant la découpe de nos greffons au laser femtoseconde ZIEMER Z6® afin d’améliorer encore la précision et la sécurité de nos interventions.